Restez en sécurité avec Lapland Safaris
La manière dont nous assurons la sécurité de nos clients et de nos employés face à le COVID-19. À lire ici.

Comment prendre des photos des aurores boréales

Dans cette publication Chasseur d’aurores boréales, Alexander Kuznetsov partagera avec vous quelques astuces et techniques pour prendre en photos des aurores boréales.

Les appareils photos d’aujourd’hui se perfectionnent un peu plus chaque jour et parfois, lorsque les aurores boréales sont claires, elles peuvent même être prises en photo avec un téléphone portable. J’imagine cependant que ce n’est pas ce que vous voulez et si vous lisez cet article, vous recherchez de meilleures techniques. Allons-y !

Principes de base - Stabilisation

Comme j’utilise un appareil Canon, je vous donnerai des exemples avec cette marque. Mais vous pouvez bien évidemment utiliser la marque que vous aimez, les principes de la photographie étant universels. Pour photographier les aurores boréales, vous devrez néanmoins connaître le principe de base qui est la stabilisation.

Pour prendre une bonne photo d’une aurore boréale, vous devez avoir un trépied ! C’est un outil incontournable pour tout cliché de nuit nécessitant une exposition longue.

Je trouve les trépieds Manfrotto très fiables et j’en ai différents modèles même si n’importe quel trépied fera l’affaire. Un trépied compact et portatif comme un GorillaPod sera probablement suffisant même s’il risque d’être difficile à utiliser dans une neige très épaisse.

Et si vous observez des aurores boréales mais que vous n’avez pas de trépied, soyez créatif ! Positionnez votre appareil photo sur une surface ferme, comme de la terre ou de la glace. J’utilise souvent mon sac à dos si j’ai besoin de stabiliser mon appareil : il est suffisamment souple pour que j’arrive à correctement positionner ce dernier à l’horizontale. Généralement, après quelques essais, ça fonctionne.

Les objectifs : un élément important pour photographier les aurores boréales

Quel que soit l’objectif que vous utilisez, je vous conseille de faire une mise au point manuelle à l’infini. Les objectifs interchangeables ont généralement un interrupteur dédié pour ce réglage. Si vous possédez un objectif intégré, recherchez le réglage adéquat dans les paramètres de l’appareil photo (généralement, dans le mode manuel, où vous précisez vos paramètres). La mise au point à l’infini vous permettra de photographier au mieux les paysages nocturnes car une mise au point automatique ne fonctionnera pas bien dans l’obscurité et risque de vous faire rater vos photos. N’essayez même pas d’utiliser le flash à moins que vous ne vouliez prendre un selfie. 

En général, les photographes préfèrent un objectif grand angle pour prendre en photo des aurores boréales. C’est souvent celui utilisé pour photographier des paysages. Si vous ne possédez que quelques objectifs, ou un seul, essayez de régler la distance focale au maximum. Plus le nombre de millimètres est petit, plus la distance focale est grande et la zone de capture de l’objectif est large. Il existe également des objectifs dits à focale fixe, dont la distance focale est fixe (vous ne pouvez pas régler le zoom optique).

Les aurores boréales apparaissent souvent sur tout l’horizon et leurs ondes vertes peuvent occuper tout le ciel. Un objectif grand angle vous aidera à immortaliser sa beauté dans son ensemble !

Ces photos sont prises au même endroit et à peu près à la même heure mais en utilisant des distances focales différentes.

La première image est prise avec un objectif de 35 mm. C’est un objectif remarquable mais pas forcément très performant pour photographier des paysages car il ne prendra sur le vif qu’une petite partie du paysage.

Et voici avec un objectif grand angle de 14 mm. La différence est abyssale ! Si l’aurore boréale que vous voulez immortaliser est très haute à l’horizon et très étendue, vous aurez probablement des difficultés à la photographier en entier.

Pour prendre une photo d’une aurore boréale, vous voudrez probablement ouvrir au maximum le diaphragme (pour laisser passer le maximum de lumière dans l’objectif). Effectivement, une grande ouverture produit souvent une image moins nette mais si vous gérez bien les bases (appareil photo bien installé sur un trépied) et que vous avez paramétré votre objectif à l’infini (ou à la valeur appropriée), l’image devrait être suffisamment nette.

Plus votre objectif est rapide (plus la quantité de lumière qui le traverse est élevée), plus le résultat sera probant. La luminosité des objectifs est mesurée par la valeur de f/, et les objectifs avec une ouverture plus petite sont plus lumineux. Ainsi, lorsque vous réglez votre objectif sur une plus grande ouverture, vous utilisez un rapport de focale f/ plus petit. Néanmoins, vous utiliserez généralement un f/ plus grand pour un shooting à la lumière du jour (normalement autour de f/5,6 – f/16) qui donnera des images nettes lorsque la lumière est suffisante.

Au cas où cela pourrait vous intéresser, les objectifs que j’utilise principalement pour photographier des aurores boréales sont des objectifs Samyang de 14 mm f/2.8 et Canon EF 16-35 f/2.8. Ces objectifs ultra grand angle permettent de prendre de magnifiques photos sur le capteur plein format (comme sur le Canon 5D). Vous pouvez utiliser des objectifs plein format sur le capteur APS-C plus petit d’un appareil photo comme le Canon 60D, mais l’image sera moins large.

J’ai récemment ajouté une nouvelle pièce à ma collection : un objectif Sigma Art 20 mm f/1.4. Ce rapport focal bas signifie qu’il est très lumineux (c’est le gros objectif noir sur cette photo). D’après ce que je sais, c’est actuellement l’objectif le plus grand angle qui existe, avec une énorme luminosité. Si vous envisagez d’acheter un objectif, n’oubliez pas que ce modèle est un objectif de professionnel pour des applications assez spécifiques (comme photographier des aurores boréales). Principalement fait de verre et de métal, il pèse presque un kilo. Oubliez-le pour vos randonnées. 

Rabattez-vous plutôt sur des objectifs grand angle Samyang, par exemple. Ils ont un bon rapport qualité-prix et s’adaptent à la plupart des montures (Canon, Nikon, etc.).

Réglages de l’appareil photo

Comme les photos sont prises de nuit, nous devons exposer le capteur un certain laps de temps avant qu’il n’ait la lumière suffisante pour produire une image satisfaisante. La quantité dépend de la situation, des conditions d’éclairage, de votre appareil photo et de l’objectif que vous avez choisi.

La sensibilité des capteurs est calculée par l’ISO. L’ISO est née à l’époque où les pellicules présentaient différentes sensibilités. Aujourd’hui, sur les appareils photo numériques modernes, vous pouvez modifier le réglage de l’ISO selon vos besoins.  Plus l’ISO est élevée, plus la sensibilité est grande ou la capacité de votre appareil photo à « voir dans le noir » augmente. Cependant, avec un réglage plus élevé de l’ISO, du bruit apparaît dans l’image, pouvant même la rendre inutilisable. Un peu de bruit est tolérable car vous pouvez le corriger en partie lors de l’édition de votre image. Quant à savoir quel réglage d’ISO appliquer et quelle quantité de bruit est acceptable, cela dépend des préférences de chacun. Mon Canon 5D mk3 peut prendre des photos correctes avec une valeur ISO allant jusqu’à 4 000. Certains utilisateurs utilisent des valeurs encore plus élevées mais comme je n’aime pas le bruit, j’utilise des valeurs inférieures. La version antérieure de cet appareil photo, le Canon 5D mk2, prend de bonnes photos, à mon avis, jusqu’à une valeur d’ISO de 2 000. Pour déterminer la valeur ISO maximale à appliquer à votre appareil photo, vous devez faire des essais et comparer vos photos pour définir les valeurs qui vous conviennent.

Lorsque l’objectif est en grand angle et que la valeur ISO est réglée à son maximum, vous réglez le temps d’exposition. À combien ? Je n’ai pas de réponse toute faite. Vous devez essayer différentes valeurs pour voir les résultats qui vous plaisent dans vos conditions.

J’ai photographié des aurores boréales avec un temps d’exposition compris entre 1 s et 30 s, car les conditions étaient différentes. En automne, lorsque la terre est encore sombre et sans neige, le temps d’exposition est généralement le plus long qui soit. Une exposition de 20 à 30 secondes est souvent le réglage parfait pour produire une image. J’ai pris la photo suivante en octobre et, à part les aurores boréales qui dansaient dans le ciel, le ciel était d’encre. Cette photo a demandé 25 secondes d’exposition et un gros travail d’édition :

En hiver, lorsque la neige est abondante, l’exposition sera plus courte. Si je suis dans la forêt, sans source de lumière artificielle, j’utiliserai généralement une exposition de 8 à 15 secondes. N’oubliez pas que ces photos ont subi un post-traitement et que tout dépend de la puissance des aurores boréales.

Si de la neige est présente et la lune est pleine, l’exposition sera beaucoup plus courte car la neige reflète très bien la lumière. La pleine lune rendra aussi plus difficile l’observation des aurores boréales car elles sont en concurrence avec une source de lumière beaucoup plus puissante.

N’oubliez pas de régler votre appareil photo de façon à aussi capturer des images brutes (et pas seulement des jpeg). Vous obtiendrez ainsi toutes les informations nécessaires pour les éditer, si vous savez comment faire, bien sûr.

Supporter le froid

Il vous arrivera certainement de photographier des aurores boréales dans un environnement très froid. Il faudra que vous restiez au chaud, ainsi que les batteries de votre appareil photo. Si vous ne savez pas comment vous habiller pour l’hiver en Laponie, voici quelques précieuses informations. N’oubliez pas que d’attendre la photo parfaite au milieu de la nuit dans la forêt n’a rien d’agréable. Vous explorerez des lieux plus ou moins urbains (j’ai écrit un article sur ces lieux à Rovaniemi) ou vous choisirez de partir dans la nature avec un tour opérateur qualifié.

En général, plus votre appareil photo est de qualité et cher, plus ses batteries sont de qualité et puissantes. Avec des batteries LP-E6, pour un Canon de niveau professionnel comme celui que j’utilise, je n’ai jamais eu de problèmes même à -30 °C et moins. C’est vrai qu’elles sont moins résistantes que dans des conditions plus conventionnelles mais elles continuent de fonctionner sans problème (tout du moins pour moi). Mais je parle des batteries d’origine et pas de versions moins chères de marques inconnues. Elles perdent généralement leur capacité à se charger rapidement et, à mon avis, cela vaut la peine d’investir dans au moins plusieurs batteries d’origine. Elles assureront leur fonction pendant des années !

Les appareils photos moins coûteux et plus axés sur l’utilisateur sont vendus avec des batteries de plus faibles capacités. Le Sony A7, malgré ses grandes qualités pour photographier des aurores boréales, est l’un de ces appareils. Ses batteries NP-FW50 ne tiennent que la moitié de la charge du LP-E6 de Canon.

Lorsque vous introduisez une batterie « froide » dans l’appareil photo, il peut indiquer qu’elle est vide ou ne pas démarrer !

Pour surmonter ce problème, vous devez conserver ces batteries au chaud. Si vous êtes dehors dans la forêt, vous êtes la seule source de chaleur valable. Je garde généralement quelques batteries contre moi et je ne les sors que quand j’ai besoin d’en changer. Vous pouvez les placer dans la poche intérieure de votre blouson. Les poches extérieures du pantalon ou d’un manteau d’hiver ne sont pas des endroits vraiment chauds.

Un autre conseil que je peux vous donner est de prendre avec vous un Thermos rempli de thé chaud, qui peut être d’une aide précieuse alors que vous attendez des heures dans la forêt que les aurores boréales apparaissent !

Bonne chance pour la chasse aux aurores boréales !

Texte et photos : Alexander Kuznetsov pour Lapland Safaris

Découvrez nos activités autour des aurores boréales ici. Réservez votre expérience dès maintenant.